Auto-école Capitou Mandelieu Minelle

La conduite accompagnée désormais accessible dès l'âge de 15 ans

Le candidat doit être âgé de 15 ans au moins lors de l'inscription et de 17 ans et demi au moins pour présenter les épreuves pratiques du permis de conduire B.

Ouverture auto-école Minelle à Mandelieu (28/12/2013)


Pour répondre à une forte demande des élèves de Mandelieu La Napoule, Mandelieu Minelle, Théoule, Les-Adrets-de-l'Estérel et Saint-Jean-de-Cannes, l'auto-école Capitou Mandelieu s'agrandit avec l'ouverture d'un troisième bureau situé dans le quartier Minelle à Mandelieu. 


Les élèves qui souhaitent poursuivre leur formation code et conduite voiture à Minelle doivent le signaler au bureau de leur choix.


Coordonnées auto-école Minelle
601 avenue de Fréjus
06 210 Mandelieu
04.92.19.20.20

 

Horaire d'ouverture auto-école Minelle

Code et bureau 

  Lundi    11h à 12h - 14h à 15h - 17h à 20h
  Mardi    11h à 12h - 14h à 15h - 17h à 19h
  Mercredi    11h à 12h - 14h à 15h - 17h à 20h
  Jeudi    11h à 12h - 14h à 15h - 17h à 19h
  Vendredi    11h à 12h - 14h à 15h - 17h à 19h
  Samedi    11h à 12h

 

Conduite 

  Lundi    8h à 20h
  Mardi    8h à 20h
  Mercredi    8h à 20h
  Jeudi    8h à 20h
  Vendredi    8h à 20h
  Samedi    8h à 16h

 

Photos auto-école Minelle 

 

Tour de Corse en moto 17/05 au 22/05

A la découverte des plus beaux paysages Corse, toutes les photos sur notre page Facebook
 


 

Sortie moto avec nos anciens élèves (01/04/2012)

Sortie moto à Saint Tropez, merci pour cette balade agréable ! Toutes les photos sur notre page Facebook.
 


 

Sortie moto avec nos anciens élèves (28/08/2011)


Sortie moto du dimanche 28 août dans les Gorges du Verdon. Merci à tous les motards qui nous ont rejoint et à très bientôt pour une prochaine journée ! Les photos sont visibles sur notre page Facebook.


 

ATTESTATION DE SUIVI DE FORMATION PRATIQUE 125 CM3 (01/01/2011)

7 heures de formation obligatoire pour conduire un deux-roues de 50 à 125 cm3. Quand ? À partir du 1er janvier 2011. Pour qui ? Pour tous les titulaires du permis B depuis plus de 2 ans qui souhaitent commencer à conduire un deux-roues motorisé de 50 à 125 cm3 ou un « scooter à trois roues » de plus de 50 cm3. Les usagers ayant assuré et utilisé une motocyclette légère ou un tricycle au cours des cinq dernières années sont exemptés de cette formation. Pourquoi ? Parce qu'un scooter à deux ou trois roues ne se conduit pas comme une voiture et qu'en dix ans, la mortalité concernant cette catégorie d'usagers est passée de 9 à 28 % des personnes tuées sur la route. Où ? Cette formation spécifique sera dispensée par une école de conduite ou une association agréée. À l'issue de cet enseignement, une attestation de suivi de formation sera remise par l'école de conduite. En cas de contrôle par les forces de l'ordre, les conducteurs de motocyclette légère ou de tricycle à moteur présenteront soit, ce certificat de formation, soit, un « relevé d'information » fourni par leur compagnie d'assurance, attestant de l'antériorité de la conduite d'un deux-roues motorisé. Le non respect de cette réglementation sera passible d'une amende de 4ème classe (135 euros).

REFORME DU PERMIS DE CONDUIRE

7 janvier 2010 - La réforme du permis de conduire, ce qui a changé... Un permis de conduire moins long : Des délais d'attente de passage à l'examen réduits à 2 mois, ou moins, dans près de 80% des départements, grâce à 3 mesures : - recrutement exceptionnel de 35 inspecteurs ; - organisation de 65 146 places d'examen supplémentaires, notamment en faisant passer 39 477 examens le samedi matin ; - possibilité pour une école de conduite de présenter ses candidats à l'épreuve pratique du permis B sur un centre d'examen situé dans un département limitrophe. Un démarrage plus rapide de la formation à la conduite : - suppression du délai d'un mois pour se présenter à l'épreuve théorique (code) après enregistrement de son dossier en préfecture ; - possibilité pour tout candidat n'ayant pas besoin de repasser son code de se présenter à l'épreuve pratique sans délai ; - possibilité pour tout candidat de débuter ses leçons de conduite sans attendre l'enregistrement de son dossier d'inscription en préfecture. L'obtention du « code » reste valable trois ans, même en cas de changement de filière de formation ou de catégorie de permis. Un permis de conduire plus accessible : - Un renforcement de l'aide de l'État pour le « permis à un euro par jour » : signature d'une convention pour le cautionnement des prêts de jeunes, qui ne peuvent présenter de caution de leur famille ou d'un tiers exigée par les établissements financiers, ainsi que ceux inscrits dans une démarche de formation ou d'accès à l'emploi. Cette convention devrait concernée 20 000 jeunes par an sur trois ans. - Un élargissement de l'accès au dispositif « bourse au permis de conduire » : les collectivités territoriales cherchent à répondre aux besoins d'insertion par la mobilité de leurs administrés grâce à des aides au financement du permis de conduire. Un permis de conduire plus sûr : Une refonte de la banque de questions de l'épreuve théorique générale (ETG) ou « code » : - une nouvelle banque de données de 638 questions (contre 520 précédemment) ; - 99 questions ont été modifiées et 57 supprimées pour des raisons de pertinence, de mise à jour ou de conformité de la signalisation ou de qualité de visuels ; - cette nouvelle base intègre 150 nouvelles questions dont l'approche liée aux comportements et à la citoyenneté est inédite. Une nouvelle grille d'évaluation des candidats au permis B pour passer d'un décompte d'erreurs à un bilan de compétences : - en plus des compétences traditionnelles, on attend désormais du candidat qu'il intègre des aspects comportementaux comme l'attention et le respect porté aux autres usagers et plus particulièrement les usagers vulnérables ; - l'examinateur évalue également les compétences liées à l'autonomie et à la conscience du risque du candidat ; - enfin, la nouvelle grille d'évaluation prend en compte une conduite économique et respectueuse de l'environnement. TROIS NOUVELLES FORMULES POUR LA CONDUITE ACCOMPAGNÉE À partir de 16 ans, « l'apprentissage de la conduite accompagné » (AAC) est assouplie : - L'accompagnateur n'est plus obligatoirement âgé de 28 ans, mais il doit justifier de 5 ans de permis B sans avoir commis d'infractions graves. - Avant le début de l'apprentissage, l'élève et son accompagnateur passeront 2 heures de leçon avec le formateur de l'école de conduite lors d'un 1er rendez-vous pédagogique préalable. - Il n'y a plus de durée maximale (auparavant 3 ans) pour parcourir les 3 000 kilomètres minimums exigés dans le cadre de l'AAC. La fin de cette durée limite va permettre, par exemple, aux candidats de perfectionner leur conduite avec des proches, en cas d'échec à l'examen. « LA CONDUITE SUPERVISEE », une nouvelle offre pour les plus de 18 ans : - Sur 3 mois et 1 000 kilomètres minimum, les candidats de plus de 18 ans peuvent désormais bénéficier d'une nouvelle formule de conduite accompagnée, plus souple que l'apprentissage anticipé de la conduite. - Comme pour la conduite accompagnée, le candidat de 18 ans et plus doit, au préalable, avoir réussi l'épreuve du code et suivi au moins 20 heures de conduite en école de conduite. - C'est l'enseignant qui autorise le candidat à opter pour cette formule en fonction de son degré de maîtrise du véhicule, de ses compétences et de son comportement au volant. - Contrairement à l'AAC, cette formule ne permet pas de réduire la durée probatoire du permis de conduire. « La conduite encadrée » pour les élèves des filières professionnelles des métiers de la route : La conduite encadrée s'adresse aux jeunes préparant, dans les établissements de l'Éducation nationale, les diplômes professionnels menant aux métiers de la route (BEP, CAP de conducteur routier). Dans ce cursus, l'élève passe les épreuves du « code » et de conduite qui font partie de son module de sa formation. C’est l'obtention de son diplôme final qui valide l'obtention du permis de conduire. En attendant, il a désormais la possibilité de parfaire sa conduite avec un accompagnateur de son choix, après accord du chef d'établissement.

LES EPREUVES DU PERMIS

L'examen du permis de conduire comprend deux épreuves : l'épreuve théorique générale (ETG, appelée "code") et l'épreuve pratique (appelée "conduite"). Épreuve Théorique Générale ou "CODE" À partir de quel âge ? - à partir de 16 ans, dans le cadre de l'apprentissage anticipé de la conduite (AAC) ; - à partir de 17 ans et demi dans le cadre d'une formation traditionnelle. Une épreuve collective Il s'agit d'une séance avec au maximum 40 candidats. Elle dure 1h30. Déroulement - Accueil des candidats, - Contrôle de la recevabilité des documents d'examen et vérification des identités, - Enregistrement des candidats et attribution d'un boîtier d'examen, - Présente de l'épreuve par l'examinateur (utilisation du boîtier, consignes pour répondre), - Début de l'épreuve : le diaporama avec 40 questions est soumis aux candidats, - Correction des boîtiers, annonce des résultats et transcription sur le dossier d'examen. Obtention du "code" Les candidats sont reçus à l'examen à partir de 35 bonnes réponses sur 40 questions. Les neuf thèmes référencés : - arrêt et stationnement ; - croisement et dépassement ; - questions écrites -divers ; - conduite économique et respectueuse de l'environnement ; - règles de priorité ; - règles de circulation ; - signalisation verticale et horizontale ; - tunnels ; - visibilité et éclairage. Validité Le code est valable pendant trois ans et permet de se présenter au maximum cinq fois aux épreuves pratiques. Un candidat déjà titulaire d'une catégorie du permis de conduire est dispensé de se présenter à cette épreuve pendant cinq ans à compter de la date de réussite à l'épreuve en circulation, toujours dans la limite de cinq présentations aux épreuves pratiques. Épreuve Pratique ou "CONDUITE" Objectifs Pendant cette épreuve, l'examinateur évalue la capacité à la conduite du candidat, et notamment : - le respect des dispositions du Code de la route ; - la connaissance du véhicule et la capacité à déceler les défauts techniques majeurs (la maîtrise du véhicule pour ne pas créer de situations dangereuses) ; - la capacité à conduire dans le respect de l'environnement ; - la capacité à assurer sa propre sécurité et celle des autres usagers, en particulier des plus vulnérables ; - la capacité à percevoir et à anticiper les dangers engendrés par la circulation et à agir de façon appropriée. Déroulement L'épreuve dure 35 minutes. Elle comprend : - la vérification de la recevabilité des documents d'examen ; - l'accueil du candidat, la vérification de son identité et du fait qu'il a suivi une formation selon la formule de l'apprentissage anticipé de la conduite, ainsi que la vérification de son livret d'apprentissage ; - la présentation de l'épreuve par l'examinateur ; - l'installation au poste de conduite ; - les réglages du véhicule nécessaires avant le départ et réalisés par le candidat ; - une phase de conduite effective d'une durée minimale de 25 minutes ; - la réalisation d'un test de la vue ; - la réalisation de deux manœuvres différentes, dont une au moins effectuée en marche arrière ; - des questions portant notamment sur la vérification d'un élément technique en relation avec la sécurité routière, à l'intérieur et à l'extérieur du véhicule ; - la mise en action d'un accessoire ou commande d'accessoire en cours de circulation ; - l'établissement du certificat d'examen du permis de conduire. Évaluation Il y a trois grands domaines de compétences évalués. 1) Maîtriser son véhicule : - Utiliser les commandes (volant, boîte de vitesses, accélérateur, embrayage, freins...) 2) Observer et analyser son environnement, anticiper son évolution - Prendre l'information (regarder dans les rétroviseurs...) - Analyser et décider 3) Adapter sa conduite à l'environnement -Communiquer - Adapter son allure - Diriger son véhicule - Utiliser la chaussée - Maintenir les espaces de sécurité Les erreurs Il existe trois niveaux d'erreurs. - L'erreur grave : erreur résultant d'une action ou d'une non-action du candidat plaçant les autres usagers et/ou le véhicule dans une situation où la sécurité dépendrait essentiellement des réactions des tiers. - L'erreur sérieuse : erreur pouvant être grave, mais n'ayant pas mis immédiatement en cause la sécurité. - L'erreur mineure : action de conduite ou comportement qui ne reproduit pas exactement les savoir-faire définis pour chaque compétence, mais qui est sans effet sur la sécurité. Résultat Le résultat vous est adressé par voie postale. En cas d'échec, une formation complémentaire est souhaitable.

PERMIS PROBATOIRE

Le permis à points a été instauré afin de responsabiliser les conducteurs et les inciter à respecter les règles du code de la route. Le permis n'est pas un document acquis définitivement. Quel que soit l'âge auquel on passe son permis, celui-ci est gratifié d'un capital initial de 6 points. Le permis est dit « probatoire » pour les conducteurs qui viennent d'avoir leur permis et les conducteurs dont le permis a été annulé ou invalidé par la perte totale des points. Le permis probatoire obtenu après le 30/12/2007 permet d'acquérir progressivement un capital de 12 points pendant un délai de 3 ans (le délai est ramené à 2 ans si le permis a été obtenu suite à un apprentissage anticipé de la conduite). 2 points supplémentaires par an seront crédités au terme de chaque année constituant le délai probatoire de 3 années si le conducteur ne commet pas d'infraction dans cet intervalle. La majoration sera de 3 points par an pour le conducteur dont la durée de la période probatoire est réduite à 2 ans. Au terme de la période probatoire, si aucun point n'est perdu, le capital acquis progressivement sera de 12 points maximum. En revanche, si des points sont perdus, le capital demeure tel qu'il est après le retrait de points. Un conducteur dont le solde est de 4 points à l'issue de la période probatoire, détiendra un capital de 4 points sur 12.

PERTE DE POINTS


Deux sortes d'infractions entraînent une perte de points : les contraventions (de 1 à 6 points) et les délits pour lesquels la perte directe est de 6 points. Plusieurs infractions commises simultanément peuvent entraîner un retrait jusqu'à 8 points.

Il est possible de connaître à tout moment le solde de points du permis via une connexion à un site spécialement dédié et sécurisé : http://www.interieur.gouv.fr

Pour consulter le service « télépoints » du site, il est nécessaire de s'identifier avec le numéro de permis et le code confidentiel qui figurent exclusivement sur un document confidentiel délivré par les préfectures ou sous préfectures à la demande du conducteur.

D'autre part, tous les conducteurs dont le capital a atteint ou franchi la barre des 6 points, reçoivent un courrier recommandé les informant de la possibilité de suivre un stage afin de récupérer au maximum 4 points.

RECUPERATION DE POINTS

Au bout d'un an...
Le conducteur qui perd 1 seul point pourra le récupérer automatiquement s'il n'a subi aucun retrait de points durant 1 an.

Au bout de trois ans...
Le capital de points est porté automatiquement à 12 si le conducteur n'a subi aucun retrait de points pendant un délai de trois ans.

Jusqu'à 4 points...
Le conducteur décide volontairement de suivre un stage de sensibilisation sur les causes et les conséquences des accidents de la route.

Ce stage permet de récupérer 4 points maximum.

Pour les conducteurs en période probatoire, le stage est obligatoire si ces derniers ont eu un retrait d'au moins trois points. Ce stage (payant) permet de se faire rembourser le montant de l'amende et de gagner 4 points au maximum.

LE PERMIS EST INVALIDE

Lorsque le capital de points est épuisé (capital réduit à zéro point suite à une infraction), le permis est automatiquement invalidé pour toutes les catégories (auto, moto, poids lourds...).

La perte totale de points entraîne automatiquement l'interdiction, pendant 6 mois, de conduire tout véhicule, dont la conduite nécessite un permis.

Il n'est plus possible de regagner des points en suivant un stage de sensibilisation.

Suite à l’annonce par courrier recommandé, le conducteur devra restituer son permis sous dix jours.

Il devra attendre 6 mois pour obtenir un nouveau permis à compter de la date de remise en préfecture du permis invalidé.

Le conducteur doit passer un examen médical et psychotechnique pour déterminer s'il est apte à la conduite.

Les conducteurs titulaires d'un permis depuis moins de 3 ans, doivent réussir l'examen complet (code et conduite).

Pour ceux qui étaient titulaires du permis depuis plus de 3 ans, ils ne passent généralement et sous certaines conditions, que l'épreuve du code.

Le permis repassé sera donc probatoire doté d'un capital de 6 points pour une période de trois ans.

LE PERMIS EST RETIRE IMMEDIATEMENT

Pour des raisons de sécurité immédiate, les forces de l'ordre peuvent retirer le permis sur le champ d'un conducteur :

>> sous l'emprise d’un état alcoolique ou qui refuse de se soumettre au dépistage
>> qui commet un excès de vitesse de 40 km/h et plus
>> qui conduit après usage de stupéfiants

Le retrait immédiat appelé « rétention » du permis de conduire sera transformé en suspension administrative par le préfet en attendant la décision du tribunal.

AMENDE ET BAREMES

Contraventions
L'amende forfaitaire est une procédure simplifiée qui s'applique à toutes les contraventions des 4 premières classes. Un avis de contravention est remis, envoyé ou laissé sur le véhicule au moment de la constatation de l'infraction, indiquant le montant de l'amende forfaitaire.

Le conducteur peut contester, mais il lui faudra d'abord payer puis s'expliquer devant le tribunal de police qui pourra le relaxer ou le condamner. L'amende sera alors plus élevée et pourra être assortie d'une suspension de permis de conduire.

Les amendes de 5 ème classe sont déterminées par le tribunal de police.

Délits
Le tribunal correctionnel juge les délits routiers. En plus d'une amende élevée, la sanction est assortie d'une peine de suspension du permis de conduire dont la durée est fixée par le juge.

GILET ET TRIANGLE DE SECURITE

A compter du 1er juillet 2008 : Présence obligatoire dans votre véhicule du gilet et triangle de sécurité ! MESURES RENFORCEMENT SECURITE OBLIGATOIRES du 11-03-09 Des mesures pour renforcer la sécurité des usagers vulnérables Un triangle et un gilet pour la vie La France rejoint de nombreux autres pays européens en rendant obligatoire ,à compter du 1er juillet 2008, la présence ,dans tous les véhicules circulant sur le territoire national,d'un gilet de sécurité rétro-réfléchissant et d'un triangle de pré-signalisation. Conseils d'utilisation Gilet rétro-réfléchissant - Conserver le gilet,qui doit être homologué par le marquage CE, à disposition dans l'habitacle du véhicule (dans la boîte à gant, sous le siège, dans le vide-poche). - Revêtir obligatoirement le gilet avant de quitter le véhicule. Triangle de pré-signalisation - Revêtir un gilet rétro-réfléchissant avant de quitter le véhicule pour mettre en place le triangle de pré-signalisation - Placer le triangle,qui doit être homologué par un marquage E 27R, sur la chaussée,à une distance de 30 mètres au moins du véhicule à signaler. - Installer le triangle en amont de l'entrée d'un virage lorsque le véhicule est immobilisé à la sortie de ce virage.